//
you're reading...
Etudes / Studies / دراسات, Langue(s) / Language(s) / لغات

Retour et nouveaux plans …

Me voilà rattrapée par le quotidien et les joyeusetés administratives, à peine revenue de mes trois mois en terrain anglais, dans la magnifique ville d’Oxford (pour la fan de Tolkien que je suis, c’était quasiment un pèlerinage). Trois mois trop vite passés pour obtenir le diplôme CertTESOL de Trinity College, qui est avec le CELTA le diplôme généralement demandé de toute personne souhaitant enseigner l’anglais comme langue étrangère. Ces diplômes peuvent être obtenus dans beaucoup de pays, mais l’occasion d’aller à Oxford était trop belle …

En termes linguistiques, ce fut une expérience très intéressante : à travers l’enseignement de l’anglais comme langue étrangère, j’en ai appris un peu plus sur les sujets habituels : comment maintenir ses langues, comment les améliorer … Et comment les enseigner. Le domaine du TEFL (Teaching English as A Foreign Language) est très vaste, les études s’y rapportant innombrables, donc tout ce qui se fait d’intéressant ou d’original dans l’apprentissage des langues (tout comme dans la recherche scientifique en général), est susceptible de s’y trouver. Donc outre avoir un diplôme qui permette de trouver un travail ici ou là pour une langue précise (l’anglais)*, ce qu’on y apprend sert pour toutes les autres langues ou presque.

Mais le côté enseignement était très nouveau pour moi, qui ne m’étais jamais imaginée prof d’une manière ou d’une autre. Terriblement timide, me retrouver devant une classe d’élèves était pas loin du cauchemar absolu. Et pourtant … Maintenant, je l’envisagerais presque comme carrière !

Une part de la formation n’était rien d’autre que cela : donner des cours à une classe d’élèves venus apprendre l’anglais. Eleves volontaires (cours gratuits pour eux) pour servir de « cobayes » linguistiques pour nous, profs en devenir. Le premier cours a été source de stress terrible, mais qui s’est vite et bien terminé, surtout en appliquant la méthode anti-stress de base (ne penser qu’au strict instant présent et ne rien anticiper, pas même penser à ce qui peut se passer 3 minutes après – que ce soit avant ou pendant le cours). J’ai découvert ainsi les joies d’aider quelqu’un à comprendre quelque chose, même lorsqu’il s’agit de quelque chose qui paraît très simple.

Ce que j’ai appris (ou redécouvert) ne tiendrait pas en un seul article, donc je ne parlerai qu’une des techniques que j’ai découvertes aujourd’hui, les autres suivront plus tard. Cette technique, assez courante finalement (la plupart des cours de langue et méthodes l’utilisent) est de prendre un thème et de travailler autour. Cela paraît tout bête, mais lorsqu’on apprend une langue seul(e), on n’y pense que très rarement. Pour une heure de cours, j’avais un thème qui me permettait d’aborder un aspect linguistique (règle de grammaire, etc). Focaliser sur un thème permet d’acquérir le champ lexical qui s’y rapporte, et d’inscrire tout nouveau mot ou règle de grammaire sur quelque chose de plus concret qu’une liste de mot ou un exercice répétitif.

Lorsqu’on est en classe, le sujet est souvent imposé et bateau, et n’intéresse pas forcément tout le monde. Mais seul, on a le loisir de choisir ce qu’on veut (donc motivation maximisée). On peut se dire : cette semaine, j’aborde tout ce qui concerne la cuisine jordanienne (ou même un seul plat). On va donc chercher des recettes, faire des listes de mots que l’on connait et qui nous paraît important pour comprendre les recettes … On apprend donc les ingrédients de base, et les verbes pratiques, ainsi même que le contexte (fêtes, cuisine de tous les jours), l’origine de cette cuisine (palestinienne, bédouine, etc). Et donc, tout un tas de mots sont vus et revus par notre cerveau, avec l’ennui de la répétition réduit autant que possible. On répète à voix haute ce qu’on voit dans les vidéos, on réécrit les recettes …

L’avantage est qu’on peut appliquer ça à n’importe quel niveau, du plus basique (une recette pour une semaine) au plus élevé (différentes recettes, leurs origines, leur histoire, recherches google en arabe, etc). Pour se motiver on peut faire un liste de thèmes qu’on veut aborder, et on les répartit sur plusieurs semaines/jours/heures.

Ce voyage fut également instructif en ce que j’ai été confrontée à des problèmes autres : l’anglais ne me venait plus aussi naturellement qu’avant (faut de pratique orale continue), et mon accent laisse à désirer. C’est devenu mon obsession, quelque soit la langue : comme modifier son accent, comment l’améliorer ? Je trouve des pistes (répétition de vidéo et audios comme un perroquet, facteurs de blocage psychologique, etc), mais aucune solution miracle. En tous cas rien qui explique que certaines personnes attrapent un très bon accent très vite et d’autres n’y arrivent pas, même après des années de travail.

En tous cas me voilà à peine revenue d’outre-Manche que le devoir m’appelle … A Beyrouth. J’ai reçu de bonnes nouvelles, assez inattendues, et me voilà donc partie pour un doctorat là-bas. Au programme : littérature arabe … Et plus de langues ! (Du moins j’espère avoir le temps de faire tout ce que j’ai envie de faire. J’embarque aussi ma méthode de persan, mes livres en allemand, et une méthode de finnois, dernière lubie en date).

Je serai certainement de nouveau très occupée, bien plus que je ne l’avais prévu, et je ne sais donc pas ce qu’il adviendra de ce blog. Je vais essayer de le garder, de le nourrir un peu plus, ou peut-être de le faire évoluer d’une autre manière. Et de m’atteler à la rubrique « pays » … En tous cas, bonne année 2016 à tous !

*Il est vrai qu’un CertTESOL ou un CELTA aide à trouver du boulot partout, du fait que beaucoup de gens à travers le monde veut apprendre l’anglais. En revanche, pour les non-natifs comme moi, il y a un problème : la plupart des écoles et des institutions veulent à tout prix un natif, même moins diplômé. Beaucoup de ces établissements ont dans l’idée qu’un élève ne peut apprendre une langue correctement qu’avec un natif … Ce qui est faux d’après tout un tas d’études. Mais c’est la réalité du marché du travail.

Mes formateurs nous répétaient qu’un non-natif, ayant lui-même appris cette langue comme langue étrangère, sait en général beaucoup mieux expliquer la grammaire, la prononciation, etc … Qu’un natif qui a appris sa langue sans réfléchir. Un non-natif est donc à priori « meilleur » prof car plus apte à aider les élèves dans leur apprentissage (apprentissage qui incluera d’avoir à faire à des natifs ou du matériel « natif »).  L’idéal, paraît-il, est d’avoir deux profs à la fois : en gros un natif pour la prononciation et le naturel, et un non-natif pour les explications.

Publicités

À propos de Luisa Noor

Graduate Student, Middle East fan ( yes, it does exist, and it's not even a sickness ), languages fan, traveller, future social anthropologist/ film-maker/ writer ... Etudiante, fan du moyen orient ( ben oui, ça existe aussi ), fan de langues, voyageuse, future anthropologue / réalisatrice / écrivain ...

Discussion

10 réflexions sur “Retour et nouveaux plans …

  1. Waaaaw, un doctorat à Beyrouth !!

    Courage dans tous tes projets, et continue à nous faire rêver à travers ton blog ! ^^

    Publié par Foulan | janvier 21, 2016, 22:22
  2. Salut Luisa, il me semble que tu es maintenant au Liban après t’être aventurée au pays du ciel gris… Bon courage et continue à poster des articles, ils sont toujours pertinents!

    Publié par omar | février 1, 2016, 19:17
  3. Wahh tu es vraiment une personne curieuse, c’est cool que tu apprennes autant de choses. Saches que tu me motives, il y a un an que j’ai découvert ton blog, je t’avais d’ailleurs envoyé un mail auquel tu as très vite répondu, petit à petit je n’ai pas lâché l’idée d’apprendre l’arabe et je suis actuellement en train de l’apprendre avec la méthode Assimil, comme tu le préconises, chaque jour un minimum, ma soeur aussi qui pourtant ne connaissais pas l’alphabet s’y est mise. Donc merci à toi pour cette découverte. Je vais me mettre aux séries et aux films maintenant.
    Tu fais tellement de choses, ça donne envie d’en faire autant (et pas forcément au niveau des langues), on voit bien que tu es une passionnée, je suis admirative, vraiment.

    Le Liban, quelle chance ! L’allemand j’aimerais aussi beaucoup l’apprendre ainsi que le persan, mais ce serait plus pour moi-même, surtout le second. Comment fais-tu pour retenir ce que tu apprends sans les parler quotidiennement ?
    Doctorat en littérature ça m’a l’air passionnant, j’espère que tu reviendras de temps en temps écrire des articles. Je te souhaite bonne continuation ainsi que beaucoup de réussite inch’allah 🙂

    Publié par Célia | mars 8, 2016, 16:49
    • Merci pour ton message ! Et merci de me tenir au courant de tes progrès … Ca fait vraiment plaisir des messages comme le tien, car je pratique cette passion de façon assez solitaire : j’avais commencé ce blog plus comme un exercice qu’autre chose, et du coup je suis toujours agréablement surprise que cela puisse intéresser d’autres personnes !
      Pour les films et séries, comme je le disais je ne sais plus dans quel post, il ne faut pas paniquer si on ne comprend rien … C’est normal, et ça peut durer longtemps 😀
      Pour l’arabe classique il vaut mieux viser les séries historiques, et pour le dialecte qui t’intéresse, une série « moderne » (au sens du temps de l’action, c’est-à-dire de nos jours) produite dans le pays correspondant …

      Pour ce qui est de l’allemand et du persan, hélas les progrès sont très minimes, pour ne pas dire carrément régressifs, tant le doctorat me donne l’impression de ne pas pouvoir faire grand chose d’autre ! J’ai hâte des vacances pour m’y remettre correctement.
      Mais j’arrive tout de même à retenir deux-trois choses sans les parler car j’ai une mémoire visuelle : si je ne vois pas les mots écrits, il est presque impossible pour moi de les retenir. D’où mon énorme problème avec les dialectes arabes … Ils sont appris surtout par la pratique orale, alors entre ma timidité et ma mémoire visuelle, je suis en lutte permanente !

      Tiens moi au courant de tes progrès et trouvailles, il se peut que tu tombe sur des choses intéressantes que je connais pas !
      Bonne continuation,
      بالتوفيق

      Publié par Luisa Noor | mars 12, 2016, 10:04
      • De rien, vraiment ! Je suis contente alors si ça te motive à continuer tes articles 🙂
        Oui je sais ça prend du temps, quand il y a des progrès ça fait toujours plaisir. D’accord cool je note pour les séries.
        Ah oui ça doit être compliqué d’être timide pour l’apprentissage des langues, sans l’être je ne sais pas spécialement quoi dire quand je parle en anglais, ce qui fait qu’avec le trac, on fait quelques erreurs un peu bêtes mais bon. Si tu as des choses intéressantes à dire je ne pense pas que tu ennuieras les gens, lance toi vraiment n’hésites pas à discuter avec eux, le geste parle de lui-même. Il faut que ça devienne une habitude, puis quand quelqu’un fait l’effort de parler arabe ça fait toujours plaisir je crois.
        C’est compliqué de trouver du temps surtout avec un doctorat, si tu as des choses à partager concernant la littérature arabe, des oeuvres libanaises passionnantes, ça m’intéresserait beaucoup, bon courage et profites de cette expérience.
        Bonne continuation à toi aussi, ça marche si je trouve quelque chose qui en vaille la peine je n’hésiterai pas alors.

        Publié par Célia | mars 13, 2016, 18:33
  4. Eh ben Luisa, tu motives tout le monde à ce que je vois ! Vu que tu es au Liban et que tu voyages pas mal, t’as pensé à faire un Vlog? Comme ça tu gardes des souvenirs de tes voyages et tu nous les fais généreusement partager ^^

    Publié par omar lamhour | mars 11, 2016, 22:12
    • Aaah un Vlog … C’est vrai que c’est une bonne idée, et je n’y avais pas pensé. Peut-être parce que je ne supporterais pas de me voir ou entendre ma voix sur vidéo ! Mais je pourrais tout à fait faire un Vlog sans avoir besoin d’utiliser ma propre personne autre que pour tenir la caméra et faire le montage. Idée à creuser, merci 🙂

      Publié par Luisa Noor | mars 12, 2016, 10:06
  5. Bon il s’agirait pas de faire des longs-métrages, juste des petites vidéos, ça te formera au cas où tu devrais travailler comme guide touristique un jour… ; )

    Publié par omar lamhour | mars 12, 2016, 13:16

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :